Les 3 réponses de Luc Charmasson, Président du Conseil Stratégique de la Filière Bois sur les retours d’expériences du « Dispositif REX Bâtiments performants » réalisées par l’AQC et le CSF Bois

Pourquoi la filière bois a-t-elle voulu organiser ce retour d’expérience sur une première génération de bâtiments bois construit en belle hauteur ?

« Depuis environs 5 ans, on constate un véritable engouement et un bel essor pour la réalisation d’immeubles en bois. Le nombre d’opérations est à ce jour suffisamment significatif pour l’illustrer.

Cet engouement a été accompagné et structuré par la création de l’association ADIVBOIS répondant à un appel à projet du Programme des Investissements d’Avenir 2. L’originalité de cette initiative réside dans le montage du projet de façon collective : entreprise bois de la filière, architectes, promoteurs, entreprises générales, industriels. La réunion de ces compétences a été un gage de sérieux, d’efficacité, de rapidité. »

Pourquoi avoir organisé ce retour d’expérience avec l’Agence Qualité Construction (AQC) ?

« Parce qu’il était important de demander à un opérateur indépendant, reconnu et expert de la filière construction, de faire le diagnostic.

Après avoir subi la crise du secteur du bâtiment entre 2008 et 2016, plusieurs segments de marché de la construction bois progressent de manière importante :

  • La croissance, en nombre de réalisations, se confirme pour les logements collectifs avec+ 20 % depuis 2016. Dans 3 régions, la part de marché du logement collectif réalisé en bois est déjà supérieure ou égale à 8% : en Nouvelle Aquitaine, Pays de la Loire, et Bourgogne Franche Comté.
  • Les extensions-surélévations en bois ont une croissance de + 9 % depuis 2016, et représentent près de 30% de part de marché nationale
  • 1 150 000 m2 de bâtiments tertiaires en bois sont livrés annuellement, pour plus de 10% de part de marché.

Les entreprises continuent d’anticiper une forte hausse de ces marchés et la demande des maîtres d’ouvrages est croissante. Motivée par la possibilité aujourd’hui de réaliser des bâtiments plus rapidement, avec un matériau plus durable, moins de déchets, aux conditions économiques du marché, avec des utilisateurs qui plébiscitent le cadre de vie et le confort assuré par le bois.

Le secteur du bâtiment reste très traditionnel et l’essor de la construction bois constitue une solution disruptive à l’acte de construire. »

Quels sont les enseignements qui résultent de ce retour d’expérience ?

  > « Le premier enseignement du retour d’expérience, est que pour construire en bois avec tous ces avantages, il faut réfléchir spécifiquement bois au départ, dès la conception du bâtiment.

C’est en particulier notable en préfabrication et en industrialisation du processus de production. Aujourd’hui, 72 % des 2 100 entreprises françaises de construction bois disposent d’un bureau d’études intégré ou utilisent un logiciel spécifique de conception technique.

> Le second enseignement du retour d’expérience, c’est l’importance du savoir-faire bois, en direction des acteurs du second œuvre, qui sont issus de tous les corps d’Etat de la construction générale, mais pas forcément du bois.

Car un immeuble « en bois », n’est jamais tout bois. On y retrouve toujours de la mixité de matériaux et de finitions. On ne perce pas une paroi bois préfabriquée, à performances maintenues, comme on percerait une cloison béton ! Les tolérances à la pose sont au millimètre pour le bois, au centimètre pour le béton.

Il faut donc d’une part former des architectes, ingénieurs, techniciens, conducteurs de travaux à concevoir, calculer, dessiner bois. Et accompagner d’autre part les entreprises de second œuvre, plaquistes, plombiers, électriciens, à travailler dans des constructions bois ou mixtes.

L’Agence Qualité Construction, de part sa mission, répondait particulièrement bien à la volonté de la filière bois de travailler en partenariat avec toute la communauté d’acteurs participant à l’acte de construire.

Et à notre volonté de mutualiser l’expérience acquise à un tournant : celui où la filière bois, avec les différentes maîtrises d’ouvrage, évolue d’une première génération de bâtiments démonstrateurs en bois de belle hauteur à la généralisation pour ces marchés.

Le bois est le seul matériau de construction qui retire du carbone à l’atmosphère, via la photosynthèse de nos forêts, pour le stocker à vie dans les constructions.

Bien mise en œuvre, la construction bois sera donc une solution majeure pour décarboner la construction à l’avenir.

Il était donc particulièrement important de dresser ce premier bilan qualitatif des constructions et de le partager très largement. »