COVID 19 – La Parole à… Philippe Denavit

COVID 19 – La Parole à… Philippe Denavit

Philippe Denavit, Président du Groupe Malvaux et Président de l’UIPC (Union des Industries du Panneau Contreplaqué)

1/ Présentation de l’entreprise

Spécialisé dans la fabrication, la transformation et la distribution de panneaux bois techniques, décoratifs et massifs, le groupe Malvaux est un acteur de référence dans l’aménagement intérieur de l’hôtellerie moyen et haut de gamme, du nautisme et du ferroviaire. Le groupe Malvaux est composé d’entreprises complémentaires regroupées dans trois secteurs d’activités à travers nos différentes marques : Malvaux Interior Agencement pour l’agencement haut de gamme avec Amoris, St Bois et Griffon, Malvaux Marine dédiée au nautisme avec Malvaux, Naviline, St Bois, Griffon et Barbeau (marqueterie), et enfin Sylvaco qui est notre entité de commercialisation de bois massifs, contreplaqués techniques et panneaux décoratifs à destination du marché de l’aménagement intérieur et extérieur, par le biais de la distribution, des industriels et des agenceurs. Réalisant un chiffre d’affaires de 100 millions d’euros, le groupe Malvaux emploie 450 personnes répartis sur 5 sites industriels dans l’ouest de la France et 4 sites logistiques, auxquels s’ajoute un showroom à Paris.

 

Présentation de l’UIPC 

L’Union des Industries du Panneau Contreplaqué représente plus de 95% de la production française de contreplaqués et panneaux décoratifs, spéciaux, techniques. Plus de 250 000 m3 de contreplaqués sont produits chaque année en France, notamment à partir de Pin maritime, de Peuplier ou encore d’Okoumé..

2/ Comment l’entreprise s’est-elle adaptée à la crise du COVID 19 ? Quelles sont les mesures que vous avez prises pour réorganiser vos missions ?

Le travail élaboré par les professionnels de la filière bois construction et ameublement, les ministères du Travail et de l’Agriculture, les membres du CSF Bois ainsi que le FCBA sur le Guide de bonnes pratiques pour la continuité d’activité a été appliqué au sein du Groupe et validé par la médecine du travail ce qui nous a permis d’accompagner la reprise du travail après 3 semaines d’arrêt de l’activité. Nos différents sites ont bien sûr été équipés de gel hydroalcoolique, de masques et de matériels adaptés entre autres à la prise de température. L’arrêt de 3 semaines nous a ainsi permis de nous organiser et de sécuriser le cadre de travail de nos collaborateurs qui se sentent à leur retour (sur la base du volontariat) en sécurité dans l’entreprise.

Nous avons eu et continuons à nous adapter aux besoins de nos clients et de nos marchés. Le Groupe Malvaux est implanté principalement sur trois marchés : la distribution de panneaux et bois massifs à destination de la GSB,  des négoces  et de l’industrie où on observe une faible reprise de l’activité aux alentours des 20% qui correspond au chiffre actuel du bâtiment ; le secteur du nautisme qui fut au ralenti pendant 4 semaines et qui redémarre doucement avec des situations contrastées selon les fabricants;  Enfin, l’hôtellerie, qui comme on l’imagine, est à l’arrêt complet et où on suit de près le décalage ou l’annulation des programmes.

Nous évoluons différemment sur ces trois marchés où l’adaptabilité et l’anticipation sont de mises.

Le fait de pouvoir échanger et partager nos expériences, à l’occasion de réunions hebdomadaires des dirigeants d’entreprises animées par l’UIPC, nous a, sur des sujets très divers, beaucoup aidé: commandes groupées de gel et de masques ; veille économique et sociale, contributions aux travaux collectifs de filière ou positionnements spécifiques, partage des informations d’activités et de problématiques rencontrées par l’ensemble des secteurs amont ou aval. Nous avons pu nous organiser collectivement vers un redémarrage rapide : Pari tenu ! Dès le 1er avril, les premiers sites de production ont pu reprendre en toute sécurité sanitaire, suivis par les autres sites la semaine suivante. Les salariés disponibles, appelés sur la base du volontariat, ont répondu présents à plus de 85%. Depuis un mois, l’activité française de fabrication de contreplaqué produit à 70% de sa capacité sans réel problème d’approvisionnement en grumes dans la mesure où les exploitants forestiers, sécurisés dans leur continuité d’activité par la reprise des industries de transformation, ont également joué le jeu.

© Groupe Malvaux

3/ Quels sont les premiers enseignements que vous tirez à titre professionnel de cette période ? Y’a-t-il de nouveaux process / façons de faire ou de travailler que vous avez testé lors du confinement et que vous pensez conserver après le déconfinement ?

Nous observons beaucoup d’intelligence et d’efficacité dans nos organisations. Le COVID est une situation inédite. Il en résulte que les personnes peuvent agir et réagir rapidement en situation de crise. Nous avons appris à communiquer différemment. Le télétravail et les visioconférences vont survivre au Covid au sein du groupe Malvaux. Auparavant, nos emplois du temps ne nous permettaient pas d’assister à l’ensemble des réunions physiques. Aujourd’hui, la technologie nous permet d’être plus présents et plus efficaces.

Nous avons également appris à retravailler et à adapter notre offre de service. Cette situation nous amène aujourd’hui à renforcer notre offre de service, notamment sur Internet.

Au sein de l’UIPC, nous avons découverts que nous pouvions être plus disponibles, réactifs et efficaces grâce à des réunions en visio ou simplement en audio-conférence, plus courtes mais plus fréquentes. Nous avons mis en place, dès le début de la crise, une réunion d’1h chaque mardi, ce qui nous suffit pour échanger sur nos situations, identifier les actions collectives à lancer, les besoins particuliers. Il me paraît évident que nous garderons de cette expérience pour l’UIPC, un fonctionnement différent, plus dématérialisé, ce qui nous permettra de nous épargner des déplacements chronophages et usants. Il est à espérer d’ailleurs, que ces systèmes de réunions s’imposent comme la norme pour la plupart des réunions de filières, afin que nous maintenions le niveau remarquable d’efficacité que nous avons pu avoir durant les dernières semaines et afin que les chefs d’entreprises puissent y participer plus souvent.

4/ Avez-vous un message à faire passer aux acteurs de la maitrise d’œuvre et aux acteurs de la maitrise d’ouvrage qui lisent cet article ?

Les périodes de crise nous montrent combien le partage d’une même culture avec les acteurs de proximité permet d’être réactif. Une nouvelle prise de conscience privilégie le collectif, Je prône l’application des synergies entre les savoir-faire complémentaires des firmes françaises. Appliquons les synergies pour préparer ensemble la reprise et relancer massivement l’économie française après cette crise sanitaire.

En tant que Président de l’UIPC, et au nom de tous les adhérents, je voudrais d’une part remercier l’ensemble des entreprises de nos secteurs amonts (exploitation forestière et chaine logistique liée, producteurs de matières 1eres) qui, par leur continuité d’activité, nous ont permis de redémarrer rapidement nos sites industriels ainsi que ceux de nos clients, qui ont fait de leur mieux pour hâter la reprise; d’autre part, je voudrais me faire le relais de l’inquiétude des industriels, face à la trop lente reprise des marchés, et qui en appellent aujourd’hui à la prise de conscience, au plus strict civisme et au plus fort sens des responsabilités de chaque élu, comme de chaque entreprise, seuls à même de lever très rapidement les freins au redémarrage simultané de l’ensemble des activités, notamment de la construction et des industries marchandes.

En savoir plus sur le Groupe Malvaux