Accédez à l'extranet

 

La gestion durable

La gestion durable débute en forêt

 

Vous avez dit "durable"

Pour l’essentiel, la gestion durable des forêts est la méthode retenue pour mettre en pratique, dans le secteur forestier, la notion de développement durable aujourd’hui connue dans le monde entier.
Traduction du concept de "Sustainable Development" qui a été mentionné pour la première fois en 1987 par Gro Harlem Brundtland, Premier ministre en Norvège et présidente de la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement dans son rapport "Notre Avenir à tous", sous la définition suivante : "un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs.”

 

 

De la gestion durable des forêts...

La notion de gestion forestière durable a été précisée, continent par continent, lors de différentes conférences qui se sont tenues durant la première moitié des années 90 et qui ont donné naissance à différents processus à l'échelle continentale : celui d'Helsinki pour l'Europe, de Montréal pour l'Amérique du Nord et de Tarapoto pour l'Amérique Latine. Initié à Strasbourg en 1990, institué lors de la conférence d'Helsinki en 1993 et finalisé à Lisbonne en 1998, le processus européen de gestion forestière durable définit six grands critères :

  • maintien des capacités de production biologique,
  • maintien du bon état sanitaire,
  • satisfaction de la fonction de production de bois,
  • respect de la biodiversité,
  • protection du sol et des eaux,
  • fourniture des diverses “aménités" (accueil du public, paysage…).

 

Il existe aujourd'hui à travers le monde plus de 50 systèmes de certification forestière régionaux ou nationaux. Chacun est structuré différemment et basé sur des critères propres. Principal cadre pour la reconnaissance mutuelle entre ces systèmes de certification, PEFC en fédère aujourd'hui une trentaine, d'ores et déjà reconnus ou en passe de l'être.

 

 

Gestion durable et Europe

Principale zone économique pour la production, la consommation et l’exportation de produits forestiers, l’Europe porte une responsabilité majeure dans la mise en pratique de la gestion forestière durable.
Avec près du tiers des forêts certifiées de la planète, l’Europe a également vocation à encourager le processus de certification dans les régions où la forêt et le secteur forestier restent fragiles face à la demande du marché mondial.
La certification répond très largement à cette attente en fournissant d’une part, un cadre technique pour valider les bonnes pratiques sur le terrain et, d’autre part, une marque distinctive pour orienter le choix des différents acteurs économiques impliqués dans l’économie du bois.

 


Un succès indiscutable

La superficie des forêts gérées de façon durable a augmenté de 12 % en 2006 par rapport à 2005 et atteint 270 millions d’hectares, soit une superficie égale à la France, l’Espagne, la Suède, l’Allemagne, la Finlande, la Norvège et la Pologne réunies.
La logique de certification touche désormais 9 % de la surface forestière mondiale, mais se limite toutefois encore largement aux forêts tempérées et boréales de l’hémisphère Nord et aux pays développés: 87 % des forêts certifiées sont situées dans ces régions (58 % en Amérique du Nord et 29 % en Europe occidentale).

 

Les politiques de marchés publics, la gestion responsable des entreprises et l’engagement des consommateurs sont les principaux moteurs qui permettent d’assurer la légalité des activités forestières, le respect de l’écosystème et la durabilité du bois et du papier en donnant la priorité aux produits forestiers certifiés. PEFC a su rallier à cette logique économique un grand nombre de partenaires issus d’horizons très différents.

Apparue dans les pays européens, la certification PEFC s'inscrit dans la continuité d'un héritage commun : le rôle historique des États, détenteurs de vastes domaines forestiers, l’importance de la forêt privée, souvent morcelée en petites propriétés, des usages encadrés par un droit spécifique et ancien, des techniques sylvicoles tournées vers la production de bois d’oeuvre…
Le patrimoine forestier européen a ainsi prospéré dans un cadre qui rassemble aujourd'hui de nombreuses composantes de la société civile.

 

 

Autour du monde forestier...

La gestion durable n'intéresse pas, loin s'en faut, les seuls professionnels du bois et de la forêt. Respectueuse des différentes fonctions de la forêt, cette démarche place aujourd'hui la certification PEFC au centre de nombreuses initiatives en faveur du développement durable et mobilise ainsi de nombreux partenaires.

 


Les propriétaires forestiers privés

À travers leurs organismes (Syndicats de sylviculteurs, coopératives, CRPF…) très actifs dans les entités régionales et à titre individuel, les forestiers sont évidemment en première ligne du développement de la certification et responsables de la mise en oeuvre des pratiques de gestion durable. En France, par exemple, PEFC regroupe en 2006 près de 20.000 propriétaires.

 

Les entreprises de la filière bois:

Représentées par leurs fédérations dans les instances de PEFC à travers les collèges "transformateurs", près d'un millier d'entreprises sont étroitement associées au volet économique de la certification pour développer la filière de produits certifiés grâce à la chaîne de contrôle des bois et des produits transformés.

 

Les partenaires du monde forestier

Les fonctions sociale et environnementale de la forêt mobilisent une multitude d'acteurs qui sont représentés au sein de PEFC dans le cadre du troisième collège. Les associations de protection de l'environnement, comme celle du réseau national France Nature Environnement, les fédérations de chasseurs, les clubs sportifs ou de loisirs forestiers, les organismes territoriaux comme les Parcs naturels régionaux sont également des interlocuteurs essentiels, décisionnaires à part entière de la politique de gestion forestière durable.

 

Les États et les collectivités locales

À l'échelle de la planète, les forêts publiques représentent souvent une part notable des superficies forestières. En France, elles couvrent un quart de la surface forestière. Ce qui fait de l'État et des collectivités locales, leurs propriétaires, et de leur gestionnaire, l'ONF, des acteurs de premier plan de la certification PEFC.
Outre l'exploitation et ses retombées directes, PEFC préserve aussi la qualité paysagère des massifs forestiers qui contribue à la richesse touristique des régions.

 

Et au-delà de la filière bois...
Autre levier, non moins important :les politiques de commande publique. Favorables aux investissements et achats durables, les gouvernements incitent les administrations, collectivités et autres acteurs publics à l'achat de matériaux et de produits certifiés. En France, une circulaire du Premier ministre de 2005 donne à cette démarche un caractère obligatoire en imposant, à partir de 2007, au moins 50% de produits certifiés dans les achats publics de bois.

 

Les grands acheteurs de produits forestiers

Principal débouché de la sylviculture, le secteur de la construction mobilise à lui seul près de 70% du bois d'œuvre. Le succès croissant des démarches de qualité environnementale auprès des entreprises et des maîtres d'ouvrage publics et privés incite évidemment les entreprises de BTP à l'utilisation de bois certifié PEFC.
D'autres secteurs, comme la grande distribution et le commerce spécialisé, sont également en pointe pour promouvoir les logiques de consommation durable en référençant les produits à base de bois certifiés PEFC ou en sensibilisant leurs fournisseurs aux avantages des emballages bois, papier ou carton issus de cette filière.

 

Les consommateurs

Autant dire tout le monde, puisque chacun de nous achète et utilise, entre autres produits, ceux de la filière bois : papiers, emballages, meubles, matériaux de construction… S'agissant du bois, nous avons d'autant plus conscience de l'impact social et environnemental de nos choix que la forêt est, par ailleurs, notre milieu d'agrément favori.
D'où une préférence naturelle pour les produits certifiés PEFC garantissant des modes de gestion et d'exploitation des forêts respectueux de l'environnement, de la biodiversité et des populations locales.



Propriétaire forestier et jeune pousse de chêne

 


Respect de la biodiversité

 

DOCUMENT TELECHARGEABLES
E-boutique
sample1

A LA UNE
SEQUENCES BOIS 105

sample1

S'ABONNER À SÉQUENCES BOIS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ETUDE DE CAS : Bois local dans la construction publique et démarches territorialesTélécharger l'étude de cas
Tout connaître sur la filière Forêt-BoisEn savoir plus